Côte d’Ivoire / Sara 2023 / Bühler ouvre ses portes à la filière du riz de la Côte d’Ivoire

1 862

En marge de la sixième journée du Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA 2023), le groupe familial Suisse a organisé un atelier sur le thème pertinent « vers la souveraineté du riz en Côte d’Ivoire ». Autour de cette thématique qui fait l’actualité, l’industriel helvétique a réussi l’exploit de réunir environ trois heures d’horloge (10h-13h) les acteurs majeurs de la filière. Des producteurs en passant par les transformateurs et les commerçants jusqu’aux pouvoirs publics, tous étaient représentés pour échanger sur la problématique du riz en Côte d’Ivoire.

Plusieurs communications ont été dites. D’abord celle du représentant du Ministre d’Etat, Ministre de l’agriculture et du développement durable M. Kassoum KARAMOKO, Directeur de la promotion de la riziculture dudit ministère qui affirmait déjà il y a un an que « nous voulons aller à l’autosuffisance à l’horizon 2025 ». Ce pari sera-t-il tenu ? A en croire le Pr ALBARIN, Coordinateur national du Programme Alimentaire Mondial (PAM), la Côte d’Ivoire bénéficie de tous les atouts pour atteindre sa sécurité alimentaire. Il revient à l’État à travers ses démembrements comme l’Agence pour le Développement du Riz (ADERIZ) de penser et de mettre en œuvre une politique rizicole efficiente, viable et ambitieuse à la hauteur des défis et des challenges qu’exige ce secteur agricole.

C’est à juste titre que M. Aboubacar TRAORE qui dirige cette structure et une figure ancienne du domaine a brillamment exposé sur l’historique de l’industrie rizicole de la Côte d’Ivoire de l’indépendance à ce jour. Aujourd’hui le document de référence pour le développement de la filière est contenu dans le Programme Nationale d’investissement Agricole (PNIA). L’honneur va revenir à l’ancien ministre en charge de la promotion de l’agriculture en homme d’expérience et un référent national du domaine dans une communication forte de dénoncer les malaises du secteur avant d’envisager des solutions durables qui résident dans un partenariat public-privé ouvert et sincère.

Gaoussou TOURE, Ministre-gouverneur du district du Denguelé estime que le secteur privé doit prendre toutes sa place de l’amont en aval sur toute la chaîne de valeur afin d’optimiser la production nationale et de l’État, il dira qu’il doit soutenir le secteur dans un rôle régalien qui tendra à garantir la souveraineté du riz en Côte d’Ivoire.

Bülher west central Africa qui totalise quatre-vingt années d’existence dans le secteur est une industrie agroalimentaire avec des solutions innovantes. Il est le leader mondial dans l’usinage du riz avec des machines qui ont été projetées et construites afin d’obtenir le rendement maximum en riz entier sur toutes les étapes d’usinages du riz. Ces étapes comportent entre-autres le nettoyage, le décorticage, le blanchiment et polissage, triage et classement colorime. L’entreprise Suisse une multinationale de très grande envergure avec un savoir-faire technologique reconnue dans les domaines de la mécanisation de l’agriculture et une longue expérience dans la transformation des céréales.

Elle est réputée pour son haut niveau de qualité premium avec toutes les machines et les solutions de l’ingénierie en passant par la vente, les services après-vente et la maintenance. L’objectif pour Bülher à travers cet atelier c’était de donner la parole aux acteurs mais surtout de faire connaître d’avantage ses prouesses technologiques et l’impact que celles-ci pourraient avoir dans la reconstruction d’une filière longtemps restée en lambeaux.

Dave TABOUKA